Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la semaine du 23 mars | Page d'accueil | Tout ce qui va vous tomber dessus à partir de lundi 30 mars »

mercredi, 25 mars 2009

Les rêves ont leurs raisons que la raison ne connaît pas

cauchemar.jpg

 

 

La nuit tous les chats sont gris, les souris dansent et… les blondes... rêvent.

Mais à quoi donc, me direz-vous ? A des bagues à vingt plaques ? Un appartement de rêve rue de Rivoli ? Des rivières de diamants ? Cary Grant ? Les répliques de Titanic ? Un produit miracle contre la cellulite ?

Les autres peut-être, mais moi pas.

Non.

 

Mais c’est normal. Compte tenu de mon énorme QI (au moins 55 les bons jours) pour ma petite tête de moineau, je fais pas les même rêves que les blondes normales (qui sont plus idiotes encore que moi c’est entendu).

 

Non, moi je fais des rêves intelligents. Tout comme Miss400 ici.

 

Enfin.

Différents quoi.

 

Et bien souvent des cauchemars. Ouais je sais c’est la flippe totale. Mais c’est rapport à la crise et aux ennuis financiers que traverse actuellement mon riche (plus pour longtemps) Oualter Krewures (sachez que j’ai été maline j’ai gardé mon nom de jeune fille, parce que dans La ville c’est quand même plus classe que Krewures comme patronyme)

 

Enfin bref.

Des cauchemars donc.

Mais je m’y suis faite, à force.

Un soir c’est ma fratrie qui cherche à me faire la peau en loucedé dès que j’ai le dos tourné ;

un autre c’est un évènement que je dois gérer alors que tous mes partenaires sont absents et que je sais pas quel est le thème de l’évènement et ai fortuitement oublié mon annuaire pour appeler les retardataires tandis que la salle est pleine et que tout le monde me regarde ;

un autre encore je sauve des gens au cours d’une opération commando (j’vous ai déjà dit que plus jeune je voulais être espionnesse ?) avec des hélicoptère qui cherchent à nous chopper et des méchants en total look blockbuster ricain, mitraillettes à la main…

 

Voilà. Et même que pas plus tard qu’avant-hier soir, j’ai rêvé que je tuais quelqu’un (une première) et que je dissimulais son corps dans un sac de voyage (même pas un Vuitton la honte) pour le balancer dans la rivière derrière chez mes parents tandis que je faisais croire à mon père que oui oui, malgré mes notes catastrophiques, j’allais quand même avoir mon Bac, et avec mention, même, d’abord.

 

Mais hier, j’ai rêvé un truc hoooooorrible.

La blonde déclare : la blonde va mal.

Carrément.

Je vous avais déjà alerté, il y a longtemps, sur un mal qui me rongeait (ça va mieux depuis merci pour moi) aujourd’hui, je crois que c’est pire encore.

 

J’allais chez le coiffeur. Jusqu’ici, tout va bien, hein, ça m’arrive souvent pour refaire mes mèches et même que depuis que j’ai changé d’adresse plus jamais je flippe d’y aller et ressortir avec une coupe improbable et les cheveux platines. (ouais parce que je suis peut-être blonde mais j’ai pas mauvais goût pour autant)

 

J’arrivais donc dans le salon de coiffure, disais bonjour au gentil monsieur, m’installais et tout. Il régnait une ambiance de salon-cosy normale (et j’ai pas dit quasi normale) : bourdonnement du sèche cheveux, discussions à mi-voix entre les coiffeuses et leurs clientes, allées et venues des dames en peignoir et cheveux mouillés du bac aux sièges.

Je lisais un magazine en observant du coin de l’œil ce petit manège.

 

Jusqu’à ce que ce soit mon tour. Souriante, affable, ma coiffeuse attitrée s’approche, défait mon chignon vague, me tend l’élastique et palpe mes cheveux.

« on fait comme d’habitude ? »

Je confirme. C’est le dernier souvenir que j’ai de moi dans le miroir.

Elle me lave les cheveux, me fait un truc dessus, me les coupe, me fait un brunching.

Pendant tout le temps que dure l’opération, je me sens parfaitement bien, genre comme un après-midi chez le coiffeur où on se fait chouchouter, dorloter, choyer.

 

La coupe est finie. Les cheveux sont secs, le sèche-cheveux s’est tu.

Elle tourne la glace pour que je puisse admirer le résultat…

 

…stupéfaction…

 

Je suis…

 

Brune !

 

Je m’observe avec surprise.

C’est moi ça ?

 

Là, normalement, dans la vraie vie, je devrais pousser des hurlements en m’arrachant ma tignasse et en insultant la coiffeuse dans un langage fleuri.

Mais comme on est dans un cauchemar, le principe de normalité ne s’applique hélas pas.

Non.

Je me regarde et je me dis « en fait, je suis plutôt bien en brune »…

 

A votre avis ça signifie quelque chose ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Tu as vu le film Agathe Cléry la veille, peut-être ?

Écrit par : N!KO | mercredi, 25 mars 2009

Répondre à ce commentaire

N!ko : bin non, même pas. en plus j'ai rien contre les brunes, à la base, il faut bien une concurrence facile à terrasser... Non franchement je comprends pas...

Écrit par : Une blonde dans la ville | mercredi, 25 mars 2009

Répondre à ce commentaire

Parmi les millions de choses et plutôt d'idées que toi et moi partageons (rappel pour le lectorat : la blonde et moi sommes jumelles cosmiques, c'est notre gourou qui l'a dit), je nous découvre une passion commune pour Cary Grant.
Avant Russel Crowe (il y a 5 ans environ), Cary Grant (depuis Hitchock donc depuis mes 10 ans environ) était MON type d'homme.
Classe, fin, drôle, déterminé, un peu pataud parfois toussa. Un homme quoi.

Bon et puis après Russel. Rien à voir. Plutôt genre je te rapte, je te prends et je t'embrasse fougueusement en te râpant violemment la face avec ma barbe de 3 euh 6 jours - et je sens un peu des aisselles. Bref.

Ptin ça vole haut ce matin mes commentaires.
A part ça?

A part ça j'ai décidé de me relire parce que je m'auto-colle la honte avec mes fautes d'ortho-grammaire.
Quoi d'autre.

Ah oui l'histoire de la brunerie.
Ben tu peux essayer une coloration temporaire un vendredi soir et voir si ça te plaît. Tu disposes donc ensuite de 2 jours pour effectuer les 5 shampooings nécessaires à l'annulation de la brunerie.
(J'ai fait ça à 22 ans avec le roux. En fait ça m'allait plutôt très bien, donc je l'ai refait quelquefois, jusqu'à un raté terrible au henné).

Ca vole toujours aussi haut.
je m'arrête avant de parler de points noirs.

Écrit par : miss400 | mercredi, 25 mars 2009

Répondre à ce commentaire

Miss400 : Cary Grant, ouaip mais russel... ça c'est ton côté charles Ingalls chouchou... Je te reconnais bien là...

T'es sûre de chez sûre archi sûre que ça part en deux jours ? Je doute pas mal pour tout dire... Et puis de toute façon c'est pas possible... il aurait l'air de quoi ce blog si je trahissait mon peuple en devenant brune même pour deux jours ?
Nan faut que je me fasse violence...

ps : tes commentaires volent TOUJOURS hauts, voire même atteignent à chaque fois des sommets jamais inégalés de subtilités vachement spirituelles.
ps' : oh oui, parle-moi de points noirs !

Écrit par : Une blonde dans la ville | mercredi, 25 mars 2009

Répondre à ce commentaire

hihihi tout à fait, c'est mon côté Charles Ingalls.

Tu sais Mister400 le samedi il ne se lave pas. Il se repose de sa semaine et sa crasse avec. Apparemment c'est un classique masculin parce que j'ai déjà rencontré plusieurs filles qui se plaignaient de ça, et que gnagnagna c'est pas possible, je lui ai dit prends ta douche, bref casse-couilles (je soigne tes stats au passage).

Ben moi je m'en tape.

En revanche je suis une hystéro de l'hygiène pour le reste, et notamment pour moi. Genre le bacide est mon meilleur pote et si je ne suis pas décrassée de pied en cape tous les matins juste j'ai l'impression de me transformer en décharge municipale (oui je sais, je dois consulter).

Tiens il m'apparait aussi que Mister400 ayant fait un jour une tentative "barbe de 3 jours" je l'ai inondé de compliments et que depuis, il s'est acheté une tondeuse ou je sais pas quoi pour cultiver le look "3 days".

Tu viens d'éclairer ma route là.
En fait j'aime les hommes un peu roots, les vrais quoua.

Écrit par : miss400 | mercredi, 25 mars 2009

Répondre à ce commentaire

Miss400 : en fait, je me souviens que la première fois que j'ai découvert de la poussière sous le lit et sur la chaîne de L'Ex ce type par ailleurs plutôt méticuleux j'ai trouvé ça mignon et la barbe de trois jours ne me déplait pas non plus (mais ça ne va pas à tout le monde, les mecs déjà très poilus ça eut vite faire un peu crade)
Là où je te rejoins c'est le côté baroudeur tout ça genre vrai mec, c'est pas déplaisant, un côté genre viril un peu dangereux je sais pas...

ps : mais non ne consulte pas je suis pareille, sans aller jusqu'à me tartiner les main d'antibactéricide je sais pas quoi, le douche récurratoire du matin c'est sacré comme le récurrage de dent, sinon, j'ai l'impression de puer et de porter des fringues crades plein de tâches, bref c'est limite une nécessité. Et c'est pas un mal, nous, les filles, c'est - à mon sens - franchement pas classe d'être light sur l'hygiène... (m'enfin j'ai plein de principes arriérés sur ce que doivent faire ou non les filles dans la vie)

Écrit par : Une blonde dans la ville | jeudi, 26 mars 2009

Répondre à ce commentaire

« en fait, je suis plutôt bien en brune »: signifie que je veux vraiment changer.

Écrit par : red1 | jeudi, 26 mars 2009

Répondre à ce commentaire

Moi j'suis sûr que ca t'irait bien :)

Écrit par : Blackmilk | samedi, 04 avril 2009

Répondre à ce commentaire

Red1 : peut-être sans doute mais... Pas maintenant

Blackmilk : je l'ai déja été (chuuuuut, car c'est un vrai secret, tu ne t'en doutais pas j'en suis sûre) brune, je me fais à peine à l'idée d'être blonde même pour de faux et je suis pas prête à changer pour le moment d'autant moins qu'aux feux d'l'amour à plougastel, si tu veux... tu comprendras...

Écrit par : une blonde dans la ville | samedi, 04 avril 2009

Répondre à ce commentaire

J'voulais faire mon modeste en faisant comme si de rien, mais vu que tu le soulignes ici après l'avoir également mentionné chez Miss 400, je n'suis pas peu fier d'avoir contribué quelque peu à la grande aventure d' "une blonde dans la ville".

Merci pour la reprise et pour m'avoir aidé à concrétiser un concept cher à Warhol.

Une fois n'est pas coutume, je t'embrasse donc publiquement :)

(Foutus congés, ca m'rend mièvre)

Écrit par : Blackmilk | lundi, 06 avril 2009

Répondre à ce commentaire

Blackmilk : modeste ? Toi ? L'être parfait par excellence ? Tu m'inquiètes...

Mais de rien, merci à toi pour tes merveilleuses idées...

(je ne suis pas en vacances mais saoule (ouais, chez oualter on boit pour oublier) donc ça me rend un peu dityrambique mais tu le mérites)

publiquement ? Ohlalala... ça me rend toute chose...

Écrit par : Une blonde dans la ville | lundi, 06 avril 2009

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire